Arrivée au Mexique

Lundi 18 octobre

Le réveil sonne à 5h25. On ne traîne pas car on a réservé la navette gratuite partant de l’hôtel pour 6h. Les sacs ne sont quasiment pas défaits de la veille pour pouvoir tout ficeler à temps.

On mange sur le pouce avec Manu un sandwich beurre histoire de finir les restes. On range tout dans les sacs et on réveille les enfants quelques minutes avant de quitter la chambre à 5h55. On est à l’heure puisque la navette est déjà là.

Arrivée à l’aéroport, on fait manger les enfants (encore des restes, biscuits et jus d’orange) pour ensuite enregistrer nos deux gros sacs. On décolle à l’heure. Les conditions de vol sont annoncées idéales. Pas mal de places vides dans l’avion. 4h30 de trajet nous attendent. Nous sommes moins stressés que pour le vol Paris-Montreal car c’est moins long et on espère que les enfants dorment un peu du fait du réveil aux aurores. Mais raté, seul Gaspard a sombré 30 min avant l’atterrissage. Ils ont été cool durant le vol, prenant un nouveau shoot de dessins animés.

RAS à la douane, même pas de demande de notre billet de sortie. Par contre, la récupération des bagages est longue. C’est en sortant de l’aéroport climatisé qu’on s’immerge dans la vie mexicaine. Notre objectif est alors de trouver le kiosque ADO, compagnie de bus ayant quasi le monopole ici, tandis que les 30 degrés nous tombent sur les épaules. On plonge dans la foule des chauffeurs de taxi ou de minibus qui scandent dans tous les sens ce pourquoi ils sont là. Un chauffeur se permet même de nous dire avec un petit sourire que ses services sont « almost free ». Le brouhaha m’a fait pensé à la Bourse, à l’époque ou les gens braillaient à tout va pour vendre ou acheter.

On trouve ADO qui n’accepte que le cash. Manu retourne dans l’aéroport pour retirer à un ATM (avec gros frais, pas le choix…). A 10 minutes près, on aurait pu avoir le bus qui partait en direction de Tulum, notre première escale. Tant pis, on s’attendait de toute façon à prendre le prochain qui arrive deux petites heures après. Ça nous laisse le temps de vider les vessies de Léo et de Marceau, et de remplir nos estomacs car il est temps de manger. Il est 13h heure locale, soit 14h pour nos estomacs heure canadienne côté est (et 20h en France métropolitaine). On mange sur le trottoir à l’ombre et on attend.

Le bus arrive, il est clean et climatisé. Cool! En avant pour 2h30 de trajet direction Tulum. Sur la route, nous sommes surpris par la verdure, comme une jungle de chaque côté de la route.

Arrivés à destination, on récupère tous nos sacs qu’on ne cesse de recompter. Direction l’appartement, mais avant, un petit saut dans un magasin pour avoir de quoi manger jusqu’au lendemain. Les enfants grignotent sur le kilomètre qui nous sépare de notre pied à terre. On arrive devant le bâtiment qui abrite notre logement et quelques autres, avec en prime une piscine sur le toit. On s’en va vite s’y prélasser, ça fait du bien. Puis, nous retournons dans notre logement (joli duplex avec deux chambres et lits kingsize!) pour manger. Nous nous endormons sous une chaleur peu habituelle… Le dépaysement commence !

Mardi 19 octobre

Après le petit déjeuner, on se dirige vers la plage Paraiso, réputée jolie, en taxi. On paiera 200 pesos (8 euros). A savoir si on a été des pigeons, ou des gros pigeons pour le chauffeur, mystère. On apprendra les prix avec le temps…mais on comprend déjà que l’inflation est très forte ici.

On redoute un peu les sargasses sur la plage, algues qui commencent à envahir les plages mexicaines côté est et d’autres pays voisins. A notre arrivée, on emprunte l’entrée publique, gratuite qui donne accès à la plage (merci aux instructions laissées dans différents blogs car à quelques dizaines de mètres près, on aurait payé afin d’accéder à un espace privatisé pour ensuite accéder à la plage).

La plage paradisiaque se présente sous nos yeux, peu de sargasses, cool, mais sans soleil, moins cool. On marche le long de la plage pour trouver un coin où se poser, la baignade est interdite près de cette entrée publique car il s’y trouve un chenal pour les bateaux qui emmènent les touristes faire du snorkeling au large. Et les nuages gris déversent soudainement une pluie tropicale. On est archi trempé, de la tête aux pieds. Une éclaircie nous indique que c’est bientôt la fin de la douche. Les enfants sont en pleurs malgré nos mots rassurants pour leur expliquer que ce n’est que de la pluie et qu’on va sécher en un temps record. La pluie cesse, les nuages restent et nous aussi car on a bien envie de tester cette eau qu’on nous a vanté chaude.

Les enfants retrouvent le sourire. On met les maillots et on va dans l’eau plus que facilement. Elle doit avoisiner les 30 degrés! L’eau est transparente, le sable est fin, on est trop bien. Les enfants s’éclatent, il y a de belles vagues pour s’amuser. L’averse tropicale est oubliée. On profite à fond de ce moment.

Puis nous reprenons le taxi pour rentrer déjeuner dans le centre de Tulum. Le chauffeur demande 250 pesos, nous négocions 200 et c’est sûrement déjà 4 fois le prix que paie les locaux. Nous choisissons un resto au hasard au plus proche de chez nous. Nous goûtons des hamburgers à la mode mexicaine et un plat de frites arrosé de guacamole, fromage et jalapenos marinés. Les enfants préfèrent s’en tenir aux frites ketchup et pilons de poulet au barbecue. Les serveuses sont très sympas mais notre espagnol est trop rouillé pour avoir une véritable conversation avec elles.

Nous rentrons nous reposer à l’appartement. Les enfants jouent un peu pendant que nous organisons la suite de notre périple.Dehors, il pleut des torrents d’eau et la route devant chez nous est très vite inondée. Nous en profitons pour faire une séance d’école. Puis, à la faveur d’une éclaircie, nous ressortons manger une glace et faire quelques courses. Nous dînons au calme « chez nous » et nous couchons les enfants tôt car la fatigue se fait ressentir ce soir.

L’aventure Mexicaine est en route !

Commentaires

  1. Ah mortel le Mexique ! Que de bons souvenirs ! Amusez vous bien et profitez en !
    Je veux revoir les cenotes Gandalf, les cenotes ! lol
    Vous êtes au top du top !

    1. Merci ! C’est où ça Gandalf ?

  2. Julien Fonteneau says:

    Hola

    Voy a escribir en espanol para que mejoren su espanol. (no sé si en Mejico se usa « os » o no). Imagino que el cambio de clima no es facil para los ninos. Cuando dicen que los precios no son bajatos, cuanto cuesta pour ejemplo la habitacion? Si, es necesario siempre negociar los precios. 30 grados el agua, que suerte aunque el sol no aparezca. Gracias por las fotos. Disfrutan y cuidanse.

    1. Pour cet appartement environ 65 euros par nuit. C’est surtout les prix de la nourriture qui nous paraissent pas donnés mais probablement car nous commençons par des zones touristiques.

  3. Tatate Amélie (Tia Amelia) says:

    Hola la familia !

    Que buena idea Julien de escribir en espanol !Me encanta mucho la cosa y voy yo tambien intentar hacerlo.

    Con el tio Nicolas, fuimos a Mexijo en el 2007 et nos recordamos de la playa de Tulum como algo de muy bonito. Como ahora para ustedes, hacia mucho calor y Nicolas se habia quemado la piel del busto. Cuidado con el sol los hijos !

    Disfrutan bien de este nuevo pais. Van a descubrir muchas cosas nuevas.

    Aqui, en Francia, dentro de algunas horas, son las vacaciones escolares para las dos proximas semanas.

    Besos.

    1. Merci d’entraîner notre espagnol, Amélie ! Nous faisons bien attention au soleil !

  4. Mamire says:

    Coucou,
    Le dépaysement commence vraiment et vous voilà repartis en été. Profitez bien des baignades dans une eau à bonne température et des sites mayas.
    Plein de bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *