Campeche : coup de coeur et déceptions

Lundi 8 novembre 

Réveil tôt comme toujours mais ce matin on traine un peu. Petit dej fait d’un mixte de nos restes et du room service car nous n’avons pas pu trouver ce qui nous manquait hier soir.

Nous débutons la journée par le parc de Moch Couoch, plutôt sympa avec ces passerelles surplombant des bassins et jeux pour enfants. En plus, il est situé juste à côté de notre hôtel et face à la mer. Notre petite tribu apprécie autant les structures que les bâtons qui traînent pour jouer.

Nous partons ensuite nous balader dans Campeche, nous admirons ses ruelles colorées. C’est vraiment très photogénique et nous avons tout de suite un coup de cœur. Nous essayons aussi d’apercevoir l’intérieur des haciendas car certaines ont des patios vraiment magnifiques.

Nous avons pour objectif de monter sur les remparts qui entourent le centre historique. Problème, l’entrée coûte 15 pesos par adulte, nous n’avons qu’un billet de 100 et ils n’ont pas de monnaie. Ce sera donc pour une autre fois.

Nous poursuivons notre balade vers le marché central. Cela me rappelle des souvenirs d’Asie. Ça fourmille de vie. Les stands de vêtements made in China côtoient les légumes et les fruits. Le secteur poissonnerie-boucherie ne nous inspire pas trop confiance avec un respect de la chaîne du froid assez surréaliste. Par contre, ils ont de très nombreux stands de nourriture cuisinée sur place et ça nous donnerait presque envie mais il est un peu tôt pour déjà manger. Nous nous contentons d’acheter des fruits et légumes et du pain.

Nous continuons la découverte des ruelles du centre historique. En chemin, nous achetons ce que nous pensons être un yaourt artisanal avec des morceaux de fruit. En fait, ce sont d’énormes morceaux de gélatine parfumés. Là vraiment, les goûts des mexicains s’éloignent trop des nôtres.

Nous revenons jusqu’à la place principale, la plaza de la Independencia, face à la cathédrale Nuestra señora de la Immaculada Concepcion, où nous pique-niquons. De nombreux marchands et quelques mendiants nous abordent.

Nous passons faire des courses dans deux supérettes différentes mais c’est vraiment difficiles de trouver autre chose que de l’industriel ultra sucré, salé, gras dans ces mini magasins. Cuisiner nous manque ! Heureusement que notre logement suivant sera un appartement.

Puis nous rentrons à l’hôtel pour une session sieste-école puis piscine. Encore une fois, l’eau de la piscine est bien fraîche par rapport à la température extérieure. Nous nous baignons tous un peu puis filons voir le coucher de soleil sur le Malecón, la promenade qui longe la mer devant l’hôtel. C’est magique et incroyable de voir la vitesse à laquelle le soleil disparaît. Ici aussi il se couche tôt, vers 17h15.

Nous rentrons prendre les douches et ressortons dîner. Nous ne voulons pas d’un énième pique-nique mais le budget resto explose un peu en ce moment alors nous faisons un fast-food, loin de nos habitudes mais c’est le compromis du jour. Et il fait très plaisir aux petits loups.

Mardi 9 novembre

Autant le dire tout de suite, la journée ne s’est pas déroulée comme on l’avait imaginé.

Réveil des enfants super excités, car aujourd’hui nous allons au parc aquatique, cadeau de demi-anniversaire de Léonie, un peu en retard car nous n’en avons pas trouvé d’ouvert du côté de Merida. Ici à Campeche, il y a un petit parc aquatique gratuit sur le Malecon, la promenade de bord de mer.

Le parc ouvre à midi d’après sa page Google et se trouve à trois kilomètres de l’hôtel, nous prévoyons donc d’y aller tranquillement à pied par le Malecon pour y être à l’ouverture. Nous nous faisons confirmer par un agent de la police touristique que c’est bien ouvert en ce moment en même temps que nous lui posons une autre question. Leurs locaux sont en face de l’hôtel et ils ont une permanence d’information touristique au rez de chaussée, c’est pratique.

La balade est agréable puisque longeant la mer en permanence. Le soleil tape un peu donc nous finissons par traverser l’avenue et marcher côté rue, moins joli mais plus facile. Nous nous arrêtons à la supérette pour le pique-nique. Nous voyons le parc au loin, il a l’air assez petit mais très sympa, récent, avec de belles structures.

Et arrivés devant l’entrée, la mauvaise surprise ! Un panneau indique qu’il est fermé pour maintenance. Un homme de service nous confirme qu’il n’ouvrira que vendredi. Et nous qui partons demain soir de Campeche. Quel dommage ! La déception est grande autant pour moi que pour les enfants car ils attendaient beaucoup ce moment et nous avions envie de leur faire plaisir.

Il y a une jolie aire de jeux juste à côté et nous nous apprêtons à y rabattre quand nous nous rendons compte qu’elle est aussi fermée aujourd’hui. Vraiment pas de chance. On pique-nique par terre à l’ombre mais le cœur n’y est pas.  Les enfants, plein de cette insouciance qui les caractérise, oublient vite et s’inventent des jeux avec trois fois rien.

Nous hésitons entre rentrer a la piscine de l’hôtel ou prendre un taxi pour aller à la plage. En effet, pas de plage à Campeche même, il faut aller dans des villages à 15 20 km. Mais on lit sur Internet que l’accès est payant, le sable souvent sale alors nous préférons nous abstenir.

Sur la route du retour, les enfants sont moins enjoués alors nous faisons une pause glace pour remotiver la tribu. Nous trouvons une échoppe artisanale qui fait des glaces à l’eau avec de vrais morceaux de fruits dedans. Miam ! Nous les dégustons dans un parc adjacent, où nous croisons une autre famille de voyageurs français.

A l’hôtel, nous allons profiter du jardin et de la piscine, toujours aussi froide. Puis, nous ressortons pour retenter les remparts, avec de la monnaie en poche cette fois. Mais nouvel échec, c’est déjà fermé quand nous arrivons. J’ose l’appeler la journée de la loose. Mais JC préfère dire la journée de la fermeture.

Nous finissons la soirée sur la terrasse d’une pizzeria et relativisons nos déboires du jour autour d’un apéro et de délicieuses pizzas à partager.

Mercredi 10 novembre

Nous plions bagages ce soir pour une nouvelle aventure avec notre premier bus de nuit, direction le Chiapas. Mais avant ça, nous avons encore une journée pour profiter de Campeche. Peut-être la bonne pour les remparts ?

Nous traînons une partie de la matinée dans la chambre d’hôtel puisque à partir de midi et jusqu’à 20h, départ du bus, nous n’aurons plus de pied à terre. L’occasion de faire un peu nos comptes, trier nos affaires et ranger les sacs au carré. Nous faisons simplement une sortie au parc Moch Couoch en fin de matinée pour défouler les enfants.

Nous laissons les sacs à la bagagerie de l’hôtel et allons pique niquer face à la mer, à l’ombre d’un palmier. Les enfants s’exercent sur les appareils de musculation. Nous prenons la traditionnelle photo avec les lettres, que nous n’avions pas encore faite ici.

Puis, nous allons retenter les remparts. Cette fois, c’est la bonne. Heureusement que nous avons persévéré car la vue sur les ruelles colorées est plutôt chouette. Les enfants aussi apprécient cette visite pour ces petites cachettes dans les tours et ces canons à escalader. Et la légère brise rend la balade agréable malgré le soleil qui brille fort. Les enfants sonnent une cloche et s’en amusent beaucoup. Nous croisons également un gros iguane.

Après les remparts, nous retournons au marché puisque nous sommes tout près. Nous déambulons dans les allées, observant la vie des locaux. Nous rachetons des fruits et légumes pour le goûter et le dîner.

Nous allons prendre le goûter sur la place principale et laisson les enfants jouer longuement car nous avons encore plusieurs heures devant nous. L’occasion de se faire aborder de nombreuses fois par des marchands ambulants.

Puis, nous nous arrêtons boire un verre, jus de concombre citron vert, en terrasse. Une femme s’arrête à notre table, déballe son sac pour proposer des barrettes à Léonie. Elle ne part pas malgré nos « No, gracias ». Mais ne nous parle pas vraiment non plus, elle reste juste là avec son bazar étalé sur notre table. Alors JC lui propose un verre qu’elle accepte. Elle le boit d’une traite mais ne bouge pas plus après. Elle ne nous regarde pas, elle gazouille juste avec les petits. Les enfants commencent à demander pourquoi la dame ne part pas. Finalement, je rentre payer dans le bar et elle part pendant ce temps. Probablement qu’elle voulait nous demander de l’argent.

Nous retournons à l’hôtel chercher les bagages, en faisant une pause pour admirer le coucher de soleil sur le Malecon. Nous en profitons pour changer de vêtements en prévision du long trajet en bus. Puis nous rejoignons la station en taxi. Nous dînons d’un feuilleté acheté sur le pouce et patientons jusqu’au départ.

Le bus va partir mais comme ce trajet est une aventure à part entière, nous vous le raconterons dans le prochain épisode !

Commentaires

  1. PECHEUR Isabelle says:

    Que d’aventures ! C’est sûr que pendant un aussi long périple il y a forcément des contre temps et des adaptations à faire…mais il y aura aussi de très bonnes surprises !
    Bonne continuation 😊

    1. Merci de nous lire !

  2. Coutin says:

    Malgré les fermetures et mauvaises surprises ( que l’on peut trouver partout!) l’endroit semble magnifique et dépaysant … c’est sympa de nous faire profiter de ces belles photos sur fond de ciel bleu alors qu’ici cela vire un peu au gris …
    On se croit en vacances avec vous.
    !😎.
    Bises

    1. Cool alors on va continuer à vous faire voyager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *