Holbox: un petit paradis à protéger

Petit aparté avant de vous conter la suite de nos Aventures Mexicaines : nous tenons à vous remercier, vous tous qui nous lisez, commentez ou envoyez des petits messages personnels. Cela nous fait très plaisir d’avoir des retours et nous encourage à poursuivre cette activité. Il faut l’avouer, c’est un brin chronophage mais nous serons aussi très heureux de nous relire dans quelques mois ou années et cela laissera des traces écrites pour raconter aux enfants cette extraordinaire période de notre vie.

Mardi 26 octobre

Réveil encore matinal mais tant mieux car ce matin il faut refaire les sacs.
En effet, nous prenons le bus pour Chiquila à 9h, deux heures de trajet, puis le ferry direction Holbox.
Il y a plusieurs îles au large de la Riviera Maya et nous avons choisi Holbox qui semble être encore un peu préservée du tourisme de masse.
L’île n’est pas goudronnée et les voitures n’y existent quasiment pas. Par contre, des voiturettes de golf circulent partout, alors pour le calme absolu on repassera.
La traversée en ferry dure moins d’une demi heure mais mieux vaut penser à la crème solaire car ça tape !
A notre arrivée au port d’Holbox, nous sommes aussitôt sollicités par l’une de ces voiturettes-taxis pour nous amener à notre hôtel. Mais par goût de l’aventure et souci d’économie, nous choisissons pour l’instant des logements à un kilomètre maximum de notre lieu d’arrivée et y allons à pied.
Il est 12h30, nos sacs pèsent, le soleil tape, les enfants qui ont pourtant grignoté dans le bateau râlent qu’ils ne veulent pas marcher, les rues sont en partie inondées nous obligeant à jongler d’un trottoir à l’autre…. Ce n’est pas le kilomètre le plus facile du voyage !
Nous finissons par arriver à bon port, laissons nos bagages à l’hôtel car la chambre ne sera prête qu’à 15h. Nous nous dirigeons vers la plage située à seulement 150 mètres. Notre critère principal pour le choix du logement ici ayant été le rapport prix / distance de la mer !
La magie opère immédiatement. Mer d’un beau dégradé bleu turquoise, palmiers, paillotes et pas de béton ici. Nous nous installons dans un restaurant pieds dans le sable. Le repas est excellent, ceviche et tacos. Ma piña colada est délicieuse aussi. Nous passons un moment hors du temps.
Après nous être installés à l’hôtel, nous enchainons une petite session piscine et une baignade dans la mer. Il n’y a aucune vague ici, ça nous change de Playa del Carmen et Tulum. Elle est très chaude. Nous y passons un long moment. Seul « raté » de la journée, un nuage nous cache le coucher du soleil mais les couleurs sont magnifiques, alors on croise les doigts pour que demain, on est la totale.
De retour dans la chambre, les enfants ont envie d’un temps de jeux, je repars donc seul en exploration pour acheter de quoi diner. Les rues sont particulièrement sales avec de nombreux déchets et en particulier du plastique partout. Il y a pourtant des panneaux demandant de ne rien jeter et pas mal de communication écologique sur l’île. Nous nous demandons donc qui en est l’origine, locaux inconscients ou touristes mal élevés ?
Les mini supermarchés sont légion mais les prix n’ont rien à envier à ceux de l’île de Ré. On fera simple ce soir, riz sauce tomate. J’achète un gros pot de yaourt pour le dessert, c’est bête mais ici on en mange peu car il fait tellement chaud que le transport n’est pas toujours évident.
Notre chambre est très bien, avec trois lits de 200cm, 140 et 90cm et un coin cuisine. Elle est surtout beaucoup moins humide que la dernière, en partie grâce à la climatisation que nous utilisons modérément. Par contre, le wifi est très limité mais il semblerait que ce soit le cas sur toute l’île.

Mercredi 27 octobre

Les enfants se réveillent à 7h mais le petit-déjeuner ne commence qu’à 8h30. Dur de les faire patienter ! Léonie et Gaspard finissent même le pot de yaourt de la veille. JC en profite pour aller à la boulangerie, repérée la veille sur la route. Les petits pains sont loin de nos habitudes françaises mais les tarifs sont bien plus intéressants que ceux du supermarché hier. Il achète aussi des fruits et légumes pour la journée. Ici on se régale de pastèques, papaye, melon, clémentines et bananes.
Nous prenons ensuite notre petit-déjeuner mexicain, excellent et copieux, à base de jus de fruits, omelettes, pancakes et fruits frais.  De quoi satisfaire les goûts de toute La Tribu et donner de l’énergie pour la journée.
Aujourd’hui, nous partons voir la Punta Mosquito, la pointe à l’est du village d’Holbox. C’est une zone naturelle en partie interdite car elle sert de refuge une partie de l’année aux flamands roses, aux pélicans et à de nombreux autres oiseaux marins.
Et c’est une randonnée très spéciale que nous réalisons. En effet, les quatre kilomètres jusqu’à la zone protégée se font dans la mer. En réalité, les deux premiers longent la plage, vous avez donc le choix entre sable ou eau. Puis il faut traverser la mer, jusqu’à un banc de sable qui rejoint ensuite la pointe. Ce banc de sable est normalement émergé et l’on marche donc au milieu de la mer sans se mouiller les pieds. Lors de notre passage, il est immergé sous quelques dizaines de centimètres d’eau.
Nous marchons donc des heures avec de l’eau jusqu’aux mollets, au maximum aux hanches lors de la traversée de la plage jusqu’au banc. Les enfants nagent la majorité du temps. Ce qui n’empêche pas Marceau de nous demander toutes les 5 minutes « Quand est ce qu’on va se baigner ? ». L’environnement est monotone, mer turquoise et plage de cocotiers ! 😉
Nous pique-niquons juste à coté de la limite protégeant la zone naturelle. Malheureusement, les flamands roses ne sont pas là, ils ont probablement déjà migrés plus à l’ouest. Nous observons néanmoins quelques pélicans. Les enfants jouent un peu dans le sable et nous reprenons la mer en sens inverse. Une petite sucette pour les motiver et les quatre kilomètres du retour sont avalés. Petite contrariété pour moi lorsque j’ai perdu mes lunettes de soleil dans l’eau. Pas tant pour leur perte que pour ma participation involontaire à la pollution de l’océan. Nous profitons d’une vraie baignade avant de rentrer à l’hôtel et avons la chance d’admirer le coucher du soleil.
Vous l’aurez compris, Holbox nous plait beaucoup. L’ambiance ici est plus cool et farniente qu’à Playa del Carmen. Nous avons bien fait de réserver trois nuits pour en profiter encore demain. Mais l’autre face nous dérange aussi. Ces déchets partout nous rappellent la catastrophe écologique en marche. Nous pouvons toujours et encore nous améliorer pour lutter contre la pollution. Il n’y aura jamais de vains efforts dans ce domaine! C’est ce que nous essayons de transmettre à nos enfants un maximum.
A bientôt !

Commentaires

  1. Amélie says:

    Quel petit coin de paradis !!! Splendide !!! Effectivement très dommage pour les déchets et la pollution 😕 c’est fou que les gens ne s’en rendent même pas compte…
    Bonne continuation la tribu

    1. JC says:

      Merci!

  2. Chico says:

    plancton bioluminescent à l’ouest de l’île ! Have fun

    1. JC says:

      On ne l’a pas fait à Holbox mais possible à faire aussi côté sud de Campeche. Ce sera peut être plus facile car depuis hier on a changé d’heure comme en France, donc il fait désormais nuit à 17h30 ici. A voir!

  3. Mamire says:

    Hello,
    Super petits aventuriers qui marchent pendant des heures, nagent sans (presque) ronchonner. Profitez encore de ses découvertes en famille et sensibilisez les enfants aux dégâts provoqués par l’humain, ils feront de bons ambassadeurs de retour en France.
    Plein de bisous à toute la tribu!

    1. JC says:

      Vous pouvez enlever le « presque » concernant Marceau notamment! :-p

  4. Gégé says:

    Jolies photos… Merci de nous faire partager ces beaux moments
    😘

    1. Yep. On fait une pierre trois coups car on aime bien voir les photos sur les autres blogs (donnant-donnant), ça permet de donner des nouvelles à vous la famille et les amis et ça nous laisse une trace pour dans quelques années.

  5. Siegrid says:

    Quel plaisir de vous lire et vous avez raison de garder cette trace écrite de ce merveilleux périple.
    Bises à tous

    1. Ça nous aidera effectivement à nous souvenir.

  6. Simon et Laëtitia says:

    Salut la tribu!
    C’est notre 1ere commentaire mais sachez que nous lisons avec enthousiasme tous vos articles! Les paysages sont magnifiques et nous font rêver! Continuez ainsi à nous raconter vos aventures!
    Des bisous de nous 4 à vous 5 😘

    1. C’est avec plaisir qu’on partage notre voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *