La Fortuna et le volcan Arenal

Lundi 10 janvier 

Après moult tergiversations, nous restons sur notre organisation de départ, à savoir se déplacer avec les bus locaux et maintenir une limite raisonnable de prix pour nos hébergements. Sinon, on devra rentrer plus tôt et vu le bazar en France, nous n’avons pas très envie !

Du coup, nous laissons tomber notre projet d’aller sur la côte Pacifique, dans la péninsule de Nicoya, faute de logements dans notre budget. Et nous reprenons la route en bus ce matin vers le volcan Arenal. Pas forcément pour visiter son parc national car nous n’en avons pas eu de supers échos, mais il y a plein de choses à faire à proximité.

Pas moins de trois bus encore, départ à 9h du Liberia-Cañas, puis Cañas-Tilarán et pour finir Tilarán-La Fortuna mais l’enchaînement se fait bien et nous avons même le temps de papoter avec les gens entre deux bus. Encore une fois, grâce aux enfants qui sont de vrais facilitateurs de rencontres. La route offre de jolis points de vue sur le lac Arenal, qu’il est bien difficile de prendre en photo depuis le bus.

Nous arrivons à La Fortuna vers 15h et admirons la vue sur le volcan Arenal dont le sommet est dans les nuages. Nous déposons nos bagages à l’hôtel. Pour une fois, il est tout près de la station de bus et c’est appréciable. Nous décidons de repartir aussitôt à la découverte d’un spot que j’ai repéré il y a bien longtemps, quand ce séjour n’était que très hypothétique. Une rivière dont l’eau est naturellement chaude et dont la profondeur et le courant sont juste parfaits pour s’y baigner en sécurité. Le tout gratuitement ou presque !

Il faut simplement payer un transport pour y aller, Uber encore une fois pour nous, ou bien les hommes qui surveillent votre voiture sur place si vous avez la vôtre. Par rapport aux nombreuses hôtels et resorts qui proposent des bassins aménagés pour 40 dollars par personne la journée, le choix est vite fait.

En arrivant sur place, il suffit de descendre au bord de la rivière, remonter le courant et se trouver son petit bassin privé. Les locaux sont nombreux à venir y faire trempette avec musique et glacières et il y a des touristes également qui comme nous ont déniché ce bon plan. Alors vous n’êtes pas seuls mais il y a de la place. L’eau est vraiment très chaude, aux alentours de 36° selon JC, mon expert en température.

C’est un bonheur de se prélasser dans ces bassins naturels, entourés de végétations. Le courant offre un massage naturel qui vaut la séance de spa. Nous y passons une bonne heure et demie puis quittons à regret les lieux avant la nuit.

Il faut dire que l’on a pas vraiment prévu de moyen de transport pour rentrer. Notre premier chauffeur nous a laissé sa carte mais a précisé qu’il ne reviendrait que s’il n’était pas trop loin. Et nous n’avons pas beaucoup de réseau sur place. Finalement n’arrivant pas à le joindre, nous acceptons la proposition d’un autre chauffeur qui attend le chaland au bord de la route.

De retour à Fortuna, nous repassons par l’hôtel et Marceau s’étale de tout son long devant l’entrée, se blessant au genou et les paumes des mains. Petite session dessin animé pour arriver à lui retirer tous les gravillons incrustés sous la peau. Son genou est bien amoché et surtout douloureux, affaire à suivre demain pour nos projets de randonnée.

Je dois l’emporter sur mon dos pour aller manger car il ne veut/peut plus marcher. Nous dînons dans un petit snack car notre chambre est minuscule ici. Nous terminons le repas par de bonnes glaces artisanales, ça faisait longtemps que nous n’en avions pas trouvées.

Mardi 11 janvier

Au programme de la journée, randonnée ! Reste à voir ce qu’on pourra faire avec notre petit estropié.

Notre objectif est d’aller visiter la cascade de la Fortuna (18 dollars par adulte) et ses 500 marches. Mais comme nous aimons marcher, nous souhaitons y aller à pied, soit 5 km depuis la Fortuna, et on avisera pour le retour. Nous avons repéré un autre lieu sur la route à environ 2 km, sur le rio Fortuna, où il est possible de se baigner et pour les plus téméraires, de sauter dans la rivière avec ou sans corde de Tarzan.

Notr petit Marceau boitille mais l’aspect de son genou s’améliore doucement. Nous décidons donc de débuter notre randonnée et d’aviser en cours de route. Il choisit de commencer dans le porte-bébé mais assez rapidement, nous arrivons à le convaincre d’essayer de marcher et finalement ça va !

Nous faisons une pause au premier lieu sur le rio et descendons au bord de l’eau. Les enfants chassent les têtards dans les flaques, nous regardons les courageux sauter et Léonie et moi allons tremper nos pieds.

L’eau est fraîche mais agréable. Je regrette de ne pas avoir pris mon maillot. Mais le temps était maussade au réveil ce matin. D’ailleurs, une averse nous pousse à remettre nos chaussures et aller nous abriter.

Nous reprenons notre balade mais très rapidement, nous renonçons à aller jusqu’à la cascade. Marceau est fatigué et nous ne nous voyons pas le porter sur encore 8 km et encore moins dans les fameuses marches. Léonie n’a pas envie de continuer, quant à Gaspard, il s’endort déjà dans mon porte-bébé. Bref, nous faisons demi-tour. C’est ça aussi voyager avec de jeunes enfants, adapter le programme à leurs envies et besoins.

Finalement, aidés d’un peu de musique, Léonie et Marceau marchent sans difficulté jusqu’au parc central, où nous pique-niquons. Une autre averse nous oblige à nous abriter pour finir de manger et nous décidons de rentrer nous reposer à l’hôtel. Les enfants ne veulent pas dormir alors ils jouent plus ou moins tranquilles. Il pleut pas mal pendant ce temps. Nos plus grosses averses depuis que nous sommes au Costa Rica.

Nous ressortons en milieu d’après-midi faire des courses et goûter dehors. Mais la pluie nous chasse à nouveau. Nous finissons la journée sur des jeux de société en famille, bien au sec.

Une journée moins remplie que prévue mais Marceau va mieux ce soir et c’est le principal.

Commentaires

  1. Gégé says:

    Ah qu’il est bon de s’évader lors du petit dej’… la journée s’annonçant, ici en France, comme les précédentes… autotests, cas contacts, masques (FFP2 si possible!!!), tests antigéniques au cas où….
    Bref… profitez et continuez de nous en faire profiter!!!
    Bises
    NB : Rachel n’est pas contre un retour plus précoce… bah oui, vous nous manquez quand même!!!!!

    1. Retour précoce!!?? Pas question, désolé pour Rachel 😛

  2. PECHEUR Isabelle says:

    Le costarica est un beau pays et bien connu pour sa végétation.
    Profitez bien de votre séjour, en espérant que la suite pourra se dérouler avec encore de bonnes surprises.
    Bon rétablissement à marceau.

    1. Papy jack says:

      Toujours content d’avoir des News dès le matin.
      J’espère que MARCEAU va vite retrouver la mobilité indispensable à la marche en avant de la tribu.
      Le COSTA RICA me semble quelque frustrant pour vous deux, le niveau de vie local est plus élevé que dans les pays voisins ou c’est l’effet du tourisme nord américain qui influe sur celui-ci ? Vous pensez y rester encore combien de temps ?
      Papy jack

      1. Prix touristes élevés. Tout se paie. Plus que rares sont les balades sympas sur sentiers gratuits…

    2. Deux mots pour définir le Costa Rica : Riche (faune et flore) et cher

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *