Liberia et le Rincon de la Vieja

Vendredi 7 janvier

L’objectif de la journée est de transiter vers Libéria. On dévore rapidement le petit déjeuner pour ensuite se préparer et surtout faire les sacs pour prendre le bus à 9h. On commence par grimper à pied au terminal de bus de Monteverde. Avec nos 17kg sur le dos, ça met en jambe ! On prend le bus direction las Juntas où l’on change de bus pour prendre celui qui va vers Cañas. A Cañas, on prend le temps de déjeuner avant de prendre un dernier bus qui mène à Libéria.

Du terminal de Libéria, on prend un Uber pour gagner notre hôtel sur les coups de 15h30. Bref, ce fut un long périple mais qui s’est déroulé sans embûche.
Arrivés à l’hotel, plusieurs missions sont à l’ordre du jour à savoir faire des courses et une lessive, ce serait pas mal.
On prend nos sacs en tissu et direction un supermercado en faisant un détour à une aire de jeux pas trop entretenue mais le principal, c’est d’avoir des toboggans non cassés.

Des jeunes du quartier (8 à 14 ans) sont assis sur les bancs et nous observent. Après quelques minutes, ils se jettent à l’eau et nous posent toutes sortes de questions: l’âge de Manu, d’où l’on vient, si on a pris l’avion pour venir, la monnaie de notre pays, si on a qu’une monnaie, connaître la valeur de l’euro par rapport au dollar. Je les questionne a mon tour, savoir s’ils vont à l’école (réponse affirmative), s’ils savent où est la France (réponse négative), s’ils connaissent M’Bappé (réponse positive). Ils demandent ensuite si on le connaît bien, Manu plaisante en leur disant que c’est un ami. Ils y croient un quart de seconde puis rient de nous sachant qu’on ment. Bref, une rencontre sympathique comme on aime.


Allez, il est temps d’aller faire les courses. On décroche les enfants des jeux et on va faire des emplètes pour ce soir et demain midi. On revient à la nuit tombée (18h) mais les rues sont assez bien éclairées. Encore une fois, on ne ressent aucune insécurité et les gens échangent facilement un « holá ».

On emprunte une machine à laver et un sèche linge à disposition dans l’hôtel pour faire une lessive. Toutes nos missions sont remplies, on est content du bon déroulement de la journée. Il fait toujours beau et chaud. On mange puis on s’endort avec l’aide de la clim’ qui est la bienvenue ici.

A demain pour de plus amples aventures.

Samedi 8 janvier 

Nous n’avons rien de prévu aujourd’hui car nous n’avons pas encore trouvé comment aller au parc national Rincon de la Vieja, c’est pour lui que nous sommes venus à Liberia. Les propriétaires de l’hôtel se renseignent pour le prix d’une navette privée mais n’ont pas encore l’information du tarif enfant. Nous savons déjà que les taxis ou Uber sont très chers. Ici, avoir notre propre moyen de transport nous manque vraiment. Nous serions beaucoup plus libres et autonomes mais les prix des locations de voitures, même petites, sont fous. Minimum 100 dollars par jour !

Bref, en attendant d’en savoir plus, nous partons visiter le centre de Liberia. Nous mettons le cap sur le Parque Central, un kilomètre et demi plus au sud. En chemin, nous nous arrêtons dans une première aire de jeux, c’est la même structure que celle du parc d’hier. Les enfants se demandent si ce sont toutes les mêmes à Liberia.

Au parque central, parque Mario Cañas Ruiz, pas de jeux pour enfants mais une campagne de vaccination. Ici, attente debout, vaccin fait debout et pas de temps de surveillance, les gens repartent aussitôt, c’est vraiment à la chaine! Les enfants trouvent un gros rocher à escalader pendant que nous observons la curieuse cathédrale juste en face (photo un peu plus haut).

Nous enchainons avec un second parc, parque Hector Zuñiga Rovira, pourvu lui de plusieurs espaces de jeux et appareils de musculation. Nous y passons donc un bon moment. Encore une fois, nous sommes les seuls touristes ici et nos enfants sont le centre de l’attention. Ils trouvent d’autres petits pour jouer et en profitent bien.

Nous rentrons ensuite à l’hôtel en passant près d’un autre parc mais ses jeux sont fermés et il est abandonné aux mauvaises herbes. Nous déjeunons dans la chambre puis temps calme et sieste pour tout le monde. Léonie râle mais s’endort aujourd’hui, ce qui devient très rare sauf dans les bus! Marceau ne dort pas mais se repose calmement. Gaspard lui profite toujours de ces vraies siestes.

Pendant ce temps, nous essayons de nous organiser pour demain et les jours suivants. Nous envisageons sérieusement de louer une voiture pour quelques jours mais les prix nous font hésiter. Finalement, les enfants se réveillent et nous remettons à plus tard. Le soir, les prix ont doublé dans la journée et nous laissons tomber.

Séance d’école pour les deux grands puis nous les emmenons profiter du trampoline et de la mini piscine des fils des propriétaires, comme leur mamie nous l’a proposé ce matin. Les enfants sont ravis et le petit Tiago, 4 ans, semble aussi très content d’avoir des copains pour jouer.

Son papa a eu son ami pour le transfert au parc national : 200 dollars l’aller-retour pour nous cinq, qu’il dit avoir réussi à négocier à 150 dollars. Nous déclinons, un peu dépités des prix costaricains.

Soirée apéro et pizzas sur notre mini-terrasse, pour se remonter le moral. Finalement, on se dit qu’il vaut mieux venir ici en vacances avec un budget conséquent et des réservations anticipées qu’à l’improviste comme nous. Puis on pense à la situation actuelle en France et on relativise bien vite, nous sommes mieux ici !

Dimanche 9 janvier

Nous nous levons pour aller petit déjeuner aux alentours de 8h. Après avoir avalés pancakes, oeufs brouillés, jambon, pastèques, papayes devant une télé allumée hypnotisante pour les enfants, on file faire notre toilette et nous préparer pour une sortie hypothétique vers le parc national Rincon de la Vieja. Je dis hypothétique car rien n’est moins sûr. On est dimanche et notre objectif ambitieux est de faire appel à un chauffeur Uber pour nous emmener au dit parc situé à 40 minutes du centre.

Notre premier essai échoue, le chauffeur refuse le prix instauré par l’application car il estime que la route est trop cabossé et la distance est trop longue pour le bénéfice retiré. L’application nous envoie un second chauffeur. On s’attend à un second refus ou alors de négocier un prix à la hausse mais tout est ok pour Freddy. Vamos!

Effectivement, au 2/3 du chemin, la route devient une piste avec nids de poules. On y va doucement et ça passe. On en profite pour demander à notre chauffeur si ca lui convient de se donner RDV à 16h sur le parking où il nous dépose pour la même somme d’argent en direct sans passer par l’application. Ça lui convient parfaitement. Il faut dire que Uber prend une bonne marge sur les courses. Bref, marché conclu. On échange numéro de téléphone au cas où et nous voilà à l’entrée du parc à 10h15.

Il fait beau, tout roule. On choisit le sentier le plus court qui fait une boucle de 3.5km car le suivant fait 9km. Avec nos enfants, l’objectif n’est pas de les faire courir toute la journée, on veut profiter et être à l’heure sur le parking pour pouvoir revenir comme prévu.

On emprunte donc la sentier « Pailas » qui est bien sympa car outre le serpent, les iguanes et l’agouti qu’on a croisés, il y a des spots intéressants. On a pu voir les fumerolles et un étang jauni par le soufre, de la boue en ébullition constante, un espèce de marécage avec, idem, de l’eau en constante ébulition, une petite cascade.

Les enfants ont apprécié le spectacle et nous avec. Gaspard a adoré la boue « qui saute ». Le déjeuner et les sucreries ont tout de même été les bienvenus pour redonner de l’énergie à la Tribu durant ce tour. Finalement, la boucle s’est faite rapidement. Ayant raté un spot à un endroit, et ayant du temps devant nous avant de repartir, on décide de reprendre le même sentier pour combler ce manque.

Au final, on aura parcouru 6km environ. De retour au parking, on prend le goûter pendant qu’une quinzaine de geai bleu à face blanche se poste derrière nous. On s’éloigne de quelques mètres et les voilà déjà à notre emplacement à picorer les miettes laissées de ci de là.

Il est 15h55. On envoie un message à Freddy pour savoir si tout est ok de son côté. Un message rassurant arrive indiquant qu’il arrive dans 5 minutes. Sachant que le parc ferme à 16h, notre crainte était de se retrouver sur un parking vide à attendre en vain notre chauffeur. Nous sommes alors ramenés à notre hôtel pendant que le soleil décline doucement vers l’horizon.

Les enfants réclament le trampoline et la piscine. Ok, après l’effort, le réconfort… Manu s’occupe de mettre une machine en route histoire de repartir avec la quasi totalité de notre linge propre. Un tour au supermarché pour compléter notre diner et notre déjeuner du lendemain. Direction la douche pour tout le monde et diner dans la chambre. Il ne faut pas se coucher trop tard car demain, réveil matinal pour ne pas rater un bus à 9h00, direction La Fortuna.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *