Sur les routes de Gaspésie (1)

Vendredi 1er octobre

Nous sommes en mode pause car il pleut quasi toute la journée. On va faire des courses le matin. L’occasion de constater encore une fois comme certains produits habituels en France sont chers ici.
L’après-midi, à la faveur d’une légère accalmie, nous ressortons pour profiter de la mer située à 100m de notre chambre. Ça permet de défouler un peu les enfants et nous avec.
Vers 19h, nous faisons connaissance avec notre nouveau voisin de chambre qui vient frapper à notre porte, outré du bruit que fait un enfant qui court par chez nous. (Les motel que nous avons faits jusqu’à présent ont un plancher bois et quelqu’un qui marche dessus, ça résonne beaucoup, un peu comme dans les bâtiments préfabriqués). Bref, nous lui répondons que nous allons essayer de canaliser les enfants. Nous soupons et tout le monde est au lit et endormi avant 21h.

Samedi 2 octobre

On se réveille à 8h30. On mange le petit déjeuner le plus calmement possible puis, nous bouclons nos sacs pour reprendre la route vers le parc national de la Gaspésie. Les enfants s’occupent plutôt calmement, si ce n’est que Gaspard et sa gracieuse démarche de bébé éléphant font un peu résonner le plancher. C’est sans compter sur notre voisin  qui revient frapper à la porte, car pour lui « trop c’est trop! ». Nous faisons trop de bruit. Il nous fait la morale comme quoi c’est à nous de « tenir nos enfants… », bref il remet notre éducation en cause. On s’impatiente et on a beau lui dire que, de toute manière, on part, il veut nous faire la morale et squatte notre perron. Manu coupe court et lui ferme la porte au nez. En bonus, nous avons droit à un appel de la réception 2 min plus tard, nous demandant de faire moins de bruit suite à une plainte d’un voisin. Un gros c.. de première !!
On repart direction le parc de Gaspésie où nous espérons nous ressourcer et apprécier les paysages comme il se doit. Mais cela a jeté un froid et nous sommes un peu tendus en ce début de journée.
L’entrée au parc est gratuite aujourd’hui car le premier samedi du mois d’octobre est la journée nationale des parcs canadiens.
Nous arrivons en fin de matinée, et commençons notre randonnée du jour par la chute Sainte-Anne puis, nous enchaînons avec le sentier de La Lucarne où nous faisons une pause pique nique en haut d’une tour d’observation. Au total, c’est une boucle de 3,4 km et 80m de dénivelé que nous avons faite en partie sous les averses. Mais cela nous requinque et nous oublions petit à petit notre grincheux.
Nous reprenons la voiture pour 7 km de piste avant d’enchaîner avec le sentier du lac aux Américains, qui se termine sur un cirque glaciaire majestueux et assez mystique sous la brume, telle que nous l’avons eu.
Au total, nous avons parcouru 6 km à pied aujourd’hui et les enfants ont été au top.
Deux heures et demi de route nous attendent maintenant pour rejoindre Gaspé, notre prochain point de chute. Et quelle n’est pas notre surprise de découvrir que nous allons devoir commencer par parcourir 54 km de piste avec nids de poules à go go ! A une allure moyenne de 40 km/h, nous mettrons finalement près de trois heures et arriverons avec la nuit. Qui ici tombe tôt, dès 18h30 en ce moment.
Nous nous posons à l’hôtel et le stress du bruit revient. Nous sommes donc un peu pressants avec les enfants, à leur répéter toutes les deux minutes de chuchoter et de marcher doucement. Mais c’est le jeu !
Nous vous souhaitons à tous un joli mois d’octobre !

Commentaires

  1. Mamire says:

    Coucou,
    Halte aux grincheux ! Si Gaspard n’a pas réussi à le faire craquer, c’est que c’était vraiment un sale bonhomme. Bon finalement les canadiens ne sont pas plus sympas que les français….
    Heureusement, consolation avec les magnifiques paysages traversés.
    Plein de bisous

    1. Heureusement oui et puis on rencontre plein de gens sympas en balade.

  2. Julien Fonteneau says:

    La Gaspésie sous la pluie reste tout de même belle et sauvage. Oui certains ne comprennent que les enfants ne sont pas des marionnettes que l’on peut manipuler à notre guise. Vous faites tout le tour de la Gaspésie. Pas trop galère de trouver des hébéergements?

    1. Un tour de la Gaspésie en 10 jours oui et on se rend compte qu’on pourrait y rester bien plus encore. Pour les hébergements, effectivement ce n’est pas toujours évident de trouver pour 4-5 dans notre budget.

  3. Amélie says:

    Ça me rappelle de vagues souvenirs un voisin qui râle car les enfants font trop de bruits… je pensais que les canadiens étaient plus tolérants et ouverts d’esprit 🤨

    1. Nous aussi mais il y a des exceptions…comme partout !

  4. Sandrine Duperray says:

    Quoi Manu ? Tu laisses marcher tes enfants au sol ! Faut leurs apprendre à voler, ils feront moins de bruits 😊. Ah les gens franchement, des grincheux.

    1. Ah ah je vais essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *