Sur les routes de Gaspésie (6)

Samedi 9 octobre

Nous reprenons le rythme sportif avec une randonnée jusqu’au mont Saint Joseph. Ce sera aussi l’occasion de vivre notre première (petite) galère du voyage. On vous raconte ça plus bas.

Lever tôt car les fenêtres du chalet laissent filtrer pas mal de lumière. Mais comme on se couche tôt aussi, ce n’est pas bien grave.

Direction la boulangerie pour acheter des baguettes. Nous n’avons presque plus de pain de mie et on a testé leurs gâteaux la veille qui étaient très bons.

Petit aparté sur le prix du pain : ici, la baguette se vend entre 1.30 euros pour la baguette vraiment la moins chère du moins cher des supermarchés (vu une fois en 15 jours) et jusqu’à 2.20 euros pour la boulangerie du jour, baguette bio mais toute petite. La moyenne est autour de 1.65 euros. Et on en a pas encore trouvé qui valent la France. Du coup, nous privilégions le pain de mie pour les sandwichs la plupart du temps. Sauf que Léonie râle ! Nous faisons donc quelques exceptions à cette règle.

Nous n’avons pas trouvé beaucoup d’infos sur les randonnées pour atteindre le sommet du Mont Saint Joseph donc nous y allons au feeling. Nous nous garons rue de la Montagne (ça semble bien parti), au niveau du premier sentier que nous croisons et nous nous mettons en chemin à pied. Sauf que c’est un sentier partagé VTT-piétons, nous devons régulièrement nous arrêter pour laisser passer un cycliste et nous avons quelques frayeurs quand certains arrivent vite dans un virage. Nous trouvons un second chemin réservé aux piétons qui nous conduit à la moitié de la montée, là où se trouve un second parking.

De nombreux panneaux rappellent qu’il faut avoir son laissez-passer pour monter. Comprenez qu’il faut avoir payé son entrée. 10 dollars par adulte pour ce parc régional.

Il reste 1.4 km sur le panneau, pour atteindre le sommet. Au retour il sera écrit 1.8km, pour redescendre exactement par le même chemin… bizarre! Est ce pour rassurer les marcheurs ?! Car oui c’est assez difficile, ça monte, ça monte, ça monte sans pause. Léonie y va vaillamment même si elle grogne un peu pour la forme. Marceau par contre se fatigue vite. Je le prends un peu sur mon dos mais c’est dur pour moi de garder l’équilibre avec ses 18kg dans ces grosses montées. Alors on échange avec JC qui portait Gaspard depuis un bon moment.

Petite pause sur un belvédère puis on reprend notre ascension. Arrivés presque en haut, une barrière bloque l’accès pour le contrôle des laissez-passer. Ce sont deux ados qui s’en chargent, job de week-end probablement.

Nous sommes donc au sommet et le panorama splendide récompense l’effort. Les enfants, eux, ne pensent qu’à manger. Pique-nique donc, mais avec vue ! Oubliant leur épuisement d’il y a peu, nos trois loustics montent et descendent les immenses marches qui forment l’auditorium face à la mer.

Nous les laissons jouer un moment avant d’aller visiter l’oratoire Saint Joseph juste derrière nous. Je m’attarde sur l’histoire du lieu tandis que JC ressort avec les enfants, trop bruyants.

Puis nous attaquons la descente, les fameux 1.8km jusqu’au parking intermédiaire. C’est beaucoup plus facile dans ce sens là. Nous nous arrêtons pour consulter le plan et choisissons un sentier différent de l’aller pour éviter les vélos. Il est annoncé 2.5km jusqu’à rejoindre la fin de l’autre chemin pour un tronçon commun, avant de retrouver notre voiture. En cours de route, j’ai un doute à une intersection mais elle est bloquée par un ruban et il n’y a aucun panneau indicateur, nous continuons donc tout droit. Ça descend, ça descend, ça descend, trop en fait ! J’aperçois les éoliennes vues au sommet et je dis à JC que cela m’étonne car nous ne semblons plus être du bon côté de la
montagne. Mais un peu têtus, on continue. Marceau dort dans le dos de JC et Gaspard dans le mien. Notre courageuse poulette suit le rythme. Quelques centaines de mètres plus bas, il faut se rendre à l’évidence, notre chemin ne mène pas du tout à la voiture…

Apres analyse de la situation, nous décidons de descendre jusqu’au parking de ce côté du mont Saint Joseph puis, JC remonte seul le kilomètre en forte pente pour rattraper le bon sentier et revenir nous chercher en voiture. Pendant ce temps, les enfants prennent leur goûter et s’amusent tranquillement. Moins de 45 minutes après, il est de retour et nous prenons la direction de l’aire de jeux préférée des loulous pour une session toboggans-tyroliennes-balançoires en forme de récompense. Nous traînons jusqu’à la nuit tombée, admirant le coucher de soleil sur la mer. Puis nous rentrons prendre un apéro bien mérité.

Au total, c’est une nouvelle randonnée de plus de 8km (+1 pour JC) que nous avons fait avec environ 200 mètres de dénivelé. Léonie nous a déjà prévenu que demain, ce serait repos !

Belle semaine à vous.

Pour nous, ce sera la dernière au Canada.

Commentaires

  1. Mamire says:

    Les paysages sont toujours aussi magnifiques et les enfants très courageux. Manque juste un petit ours ou un loup…..profitez bien de cette dernière semaine au Canada et pour le pain, malheureusement il faudra peut-être attendre le retour en France.
    Plein de bisous

  2. Tonton Nico, tatate Amélie et cousine Jeanne says:

    Coucou,

    Vous vous êtes plutôt bien sortis de votre 1ere petite galère !

    Bon repos les cousins pour pouvoir recharger les batteries et profiter de votre dernière semaine au Canada.

    1. Merci les cousins !

  3. Amélie says:

    Courageuse petite Léonie !!!
    Les paysages sont magnifiques et les couleurs automnales splendides 🤩
    Profitez de votre dernière semaine. Les billets d’avion sont achetés? Quelle est votre prochaine destination? Mexique?

    1. Oui Mexique, on avait même acheté nos billets avant de quitter la France !

  4. Julien Fonteneau says:

    salut,

    très belles photos avec les feuilles couleur d’automne. Se perdre cela fait partie de l’aventure sinon ce n’est pas drôle:))) Léonie est courageuse. Oui comme vous faites un long voyage il faut sans doute faire des jours off comme le suggère Léonie sinon les batteries seront sans doute vite déchargées.

    J’ai trouvé le pain canadien souvent pas bon et très cher. La nourriture française manque vite!!!!

    Julien

    1. Oh que oui la nourriture on a du mal à y trouver notre compte ici nous aussi.

  5. Thésy says:

    Coucou les enfants.
    Je rejoins les derniers commentaires, tant de jolis paysages, de si belles découvertes….
    Mais à quel prix ?
    N’est ce pas ma petite Léonie 😣😣.
    Récupérez bien.
    Gros bisous à tous les cinq 😘😘😘😘

    1. En vrai, Léonie en redemande !

  6. Daph92 says:

    Bravo les p’tits randonneurs, vous allez nous revenir avec des mollets en béton ! Heureusement que le goûter est toujours en vue pour réconforter les estomacs après ces longues et éprouvantes promenades dans la nature. Et bravo aux courageux parents qui portent leur progéniture sur leur dos, même dans les pires montées !
    Des bisous à vous cinq

    1. On a bien compris que la nourriture nous sauve de beaucoup de situations!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *