Tahiti, tour de l’île et Papeete

Mercredi 23 février

Nouveau réveil de bonne heure à Mahina, petit déjeuner sur la jolie terrasse et en route pour l’aventure. Nous partons vers l’est cette fois.
Premier arrêt au trou du souffleur, un phénomène géologique célèbre de Tahiti. Un trou dans la falaise dans laquelle l’air qui s’engouffre à chaque vague crée un bruit assez impressionnant. De quoi faire sursauter les enfants la première fois. Et côté océan, les vagues qui se brisent sur les rochers provoquent aussi de belles éclaboussures. Juste à côté, une jolie petite plage de sable noire.
Nous roulons un kilomètre de plus et nous arrêtons à la cascade de Faarumai. En fait, c’est trois cascades auxquelles on pouvait accéder avant mais maintenant deux sont inaccessibles, le chemin ayant été fermé car trop dangereux. Nous profitons de la brise rafraîchissante auprès de la cascade mais ne traînons pas trop car des petits insectes piqueurs ont aussi élu domicile dans le coin.
Petite pause courses pour le pique-nique et retrait d’argent puis nous montons en haut de la vallée de Taravao. Changement complet de décor, des vaches paissent dans des prairies bien vertes donnant au coin un petit air de Normandie. Du belvédère tout en haut, le panorama sur Tahiti et sa presque île est très joli. Nous pique-niquons sur place, entourés de nombreuses poules et leurs poussins à la recherche de miettes.
Nous redescendons ensuite sur la route qui ceinture l’île. Nous décidons de poursuivre notre tour pour rejoindre la plage de PK18 que nous avions appréciée hier. Les enfants ont envie de refaire du snorkeling. Nous faisons deux équipes pour y aller chacun notre tour, JC avec Marceau et Léonie avec moi. Cette fois, nous allons un peu plus loin et observons d’autres poissons : jaunes, rayés noirs et blancs ou encore bleutés. Gaspard s’amuse bien aussi près du bord. Nous ne nous éternisons pas car le soleil est encore brûlant et il y a peu d’ombre sur cette plage.
Nous rentrons tranquillement à l’appartement en traversant Papeete. Nous observons plusieurs fresques géantes sur les murs de la ville. En arrivant, nous allons faire trempette dans la piscine puis après les douches, nous préparons nos affaires car nous quittons Tahiti demain.

Jeudi 24 février

Réveil encore plus matinal car nous devons rendre la voiture de location avant 8 heures à l’aéroport. Ici le soleil se lève vers 6 heures et tout le monde commence sa journée de bonne heure. Ainsi les supermarchés par exemple sont ouverts dès 6 heures. Par contre, ils ferment souvent à 19 heures. Le soleil se couche vers 18h30 et nous sommes donc en mode lève-tôt et couche-tôt comme lui.
Nous terminons les sacs, et en laissons un à David qui va nous le garder quelques temps. Nous voyagerons plus légers ces prochains jours comme ça.
Une fois la voiture déposée, nous attrapons un bus pour rejoindre le centre de Papeete. Première étape au jardin de Paofai, un beau parc au bord de l’eau avec deux aires de jeux pour les petits et grands. Nos enfants jouent un long moment avec d’autres car c’est les vacances scolaires ici et le parc est donc fréquenté.
Puis, nous nous rendons dans l’agence Air Tahiti du centre ville. Une bonne heure d’attente mais qui vaut le coup, l’agent m’aide à organiser notre périple dans les îles pour la quinzaine de jours à venir à un tarif que je n’arrivais pas à obtenir sur Internet. Le fameux pass inter-îles qui permet d’économiser sur les vols entre les différentes îles et archipels de la Polynésie.
Comme tous les voyageurs qui arrivent ici, nous aimerions tout voir. Mais la Polynésie s’étend sur une surface grande comme l’Europe alors que ce soit en terme de budget ou de temps, il faut faire des choix.
Nous passons ensuite au marché de Papeete, et même ici nous trouvons les produits frais bien chers. Nous jetons notre dévolu sur un plat de poulet épicé avec du riz pour compléter nos restes. Et nous allons déjeuner sur le port.
Nous nous rendons ensuite à la gare maritime prendre le ferry pour Moorea. L’île sœur de Tahiti n’est située qu’à trente minutes de bateau et est donc facilement accessible. C’est là que nous avons choisi d’aller passer notre premier week-end polynésien. Les garçons s’endorment à peine à bord tandis que Léonie profite de la vue d’abord sur Tahiti qui s’éloigne puis l’arrivée sur Moorea avec ses montagnes et ses eaux turquoises.
Notre hôtesse nous attend avec sa Twingo à la sortie du ferry. En route, elle nous arrête au supermarché pour prévoir le ravitaillement des prochains jours. Elle nous amène ensuite chez elle et nous fait visiter notre bungalow. Simple mais fonctionnel et joli et surtout situé dans un cadre paradisiaque avec la mer tout autour et des arbres pour s’abriter du soleil.
Nous tentons une baignade mais ce n’est pas super agréable car il y a peu d’eau, de nombreux cailloux et des dizaines de concombres de mer au sol. De quoi se rafraichir un peu mais nous n’y restons pas très longtemps car il est difficile de nager ou de s’asseoir.
Nous profitons ensuite de la terrasse pendant que les enfants jouent dans le jardin. Ils sont aux anges avec cet espace nouveau à explorer. Ils ramassent des dizaines de coquillages, des escargots de mer, jouent avec les chiens… De notre côté, nous réservons nos hébergements pour les prochaines îles. C’est assez rapide car il y a peu de choix dans notre budget.
A la nuit tombée, nous rentrons prendre les douches. Léonie s’endort épuisée juste après et refusera même de dîner. Nous mangeons avec les garçons et les couchons rapidement. Nous prenons ensuite le temps d’écrire sur le blog car nous avons pris un peu de retard ces derniers temps entre organisation à mettre en place pour arriver ici, connexion instable et fatigue des décalages horaires successifs.

Un dernier tour dehors avant de nous coucher, le ciel nocturne est fabuleux ici, avec des étoiles à ne plus pouvoir les compter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.