Tulum en famille

Mercredi 20 octobre

Réveil bien trop matinal, 5h45, après une nuit en pointillés avec Léonie, j’ai les yeux qui piquent. JC a un peu mieux dormi mais les garçons sont aussi réveillés dès 6h30. La faute au moins en partie à la chaleur ambiante.

Au programme ce matin, visite des ruines Maya de Tulum. Ce ne sont ni les plus grandes, ni les plus belles mais leur situation exceptionnelle sur une falaise surplombant la mer des Caraïbes en font une destination très touristique.

Nous arrivons vers 9 heures et il n’y a pas encore trop de monde. L’entrée est à 80 pesos (3 euros 50 environ) par personne et gratuite pour les enfants. C’est très raisonnable vu les prix pratiqués dans la région. Nous attaquons la visite, les enfants râlent un peu ce matin. Notamment qu’ils ont faim. Nous les contentons d’une banane. Nous n’avons pas pris de guide n’ayant pas confiance en la patience des loulous mais il y a des panneaux explicatifs et les deux grands s’y intéressent. Nous croisons aussi un iguane, ce qui leur plaît beaucoup.

Après cette première partie culturelle, nous enchainons avec une pause plage de rêve. Il y a une plage directement en bas des ruines mais elle est fermée, nous ne savons pas si c’est à cause de la marée ou pour une autre raison. Nous retournons donc à pied au même endroit que la veille. Au moment où nous arrivons, le soleil se met à briller très fort et nous n’avons pas pris nos lunettes vu la grisaille au réveil ce matin. Léonie se moque de nous en disant que la veille on les avait alors qu’il pleuvait et qu’aujourd’hui on a pris les kway alors qu’il fait beau.

L’eau est toujours aussi chaude, les vagues sympa et le sable fin. Léonie et Marceau sont comme des poissons dans la mer. Gaspard est encore hésitant et semble préférer le sable.

Nous rentrons déjeuner à l’appartement mais passons d’abord faire quelques courses au supermarché. Léonie se fait refouler du magasin car elle n’a pas son masque, ils ne plaisantent pas ici. Après le repas, nous espérons faire une sieste. Mais malgré le réveil très tôt, les deux grands ne s’endorment pas, alors ce sera séance d’école.

Puis nous ressortons à la recherche d’un distributeur mais ils sont soit en panne soit la file d’attente nous décourage. Nous allons donc simplement faire un tour à l’aire de jeux avant de rentrer profiter de la piscine sur le toit.

Jeudi 21 octobre

La nuit est un peu meilleure mais les réveils toujours aussi matinaux, surtout pour Léonie, qui est en forme à 6h15.

Ce matin, nous allons nous baigner dans une cenote. Les cenote sont des gouffres remplis d’eau douce, lié à l’effondrement de roches karstiques et communiquant parfois avec l’océan. Certains ressemblent à des lacs entourés de végétations mais dont le fond est rocheux, d’autres sont des bassins dans une véritable grotte.
La désignation « cénote » vient du mot maya « dz’ono’ot » signifiant puits sacrés.
Nous avons fait pas mal de recherches pour en choisir une facilement accessible aux enfants mais pas trop touristiques. Nous sommes un peu limités par notre absence de voiture également. Finalement notre choix se porte vers la cenote Car Wash, nommée ainsi car il y avait une station de lavage de taxis tout près à l’époque où elle a été découverte.
Nous prenons le taxi pour y aller. Encore une fois, difficile de savoir quel prix on devrait payer. Le chauffeur demande 250 pesos, on le fait baisser à 200. Au retour, on obtiendra 150 pesos.
L’entrée à la cenote est à 200 pesos par adulte. Nous savons par des blogs que c’était 50 en 2019 et 100 l’année dernière. L’inflation est galopante ici.
Petit tour à la douche obligatoire puis l’on s’approche du bord. Quelques pontons avec escaliers ont été aménagés pour rentrer dans l’eau ainsi qu’un plongeoir. Il y a en moyenne 7m de profondeur dans cette cenote et elle est reliée à une grotte où il est possible de plonger avec bouteille. Ils louent aussi des gilets  de sauvetage mais nous avons les brassards des enfants.
Le temps est gris, il pleut même quelques gouttes et l’eau est sûrement moins impressionnante qu’en plein soleil. Mais elle est déjà très transparente et nous distinguons très bien le fond. De multiples petits poissons se déplacent. Il y a aussi quelques tortues d’eau douce. JC a la chance d’en apercevoir une.
L’eau est un peu plus fraîche que la mer mais une fois dedans, on y est très bien. Léonie et Marceau ont du mal à entrer, froid ou peur des poissons, nous avons du mal à savoir. Mais finalement ils sont tous les deux très fiers d’avoir nagé dans la cenote. Ils ont tous les deux essayer leurs masques de snorkeling et ont compris le fonctionnement. Gaspard n’y va pas, il préfère observer les plongeurs depuis le ponton.
JC et moi allons nager chacun notre tour, c’est un chouette moment.
En sortant de l’eau, nous rencontrons une famille qui arrive. Ce sont des voyageurs français qui font un périple de plusieurs mois comme nous, avec leurs deux filles. Nous échangeons sur nos itinéraires, bons plans et déconvenues. C’est sympa de partager cette discussion avec eux.
Nous avons pris notre pique nique et le mangeons au bord de la cénote. Puis nous allons au bord de la route pour essayer d’arrêter un collectivo, minibus une sorte de taxi qui va d’un point A à un point B fixes mais qui s’arrête n’importe où tant que c’est en chemin pour faire monter ou descendre ses passagers. Mais il n’en passe qu’un seul et il est plein et la route est trop longue et dangereuse pour espérer rentrer à pied. Alors nous nous rabattons sur un taxi qui vient de déposer ses passagers à la cénote.
De retour à Tulum, nous allons nous balader en ville et offrir une glace aux enfants. Sur le chemin du retour, nous admirons le street art dans les rues du centre ville.
Nous finissons la journée par un peu d’école et une nouvelle séance piscine. Les enfants mettent la tête dans l’eau avec leurs masques et s’amusent à observer leurs pieds. Léonie s’entraîne à faire des mouvements de brasse. Elle a envie d’apprendre à nager alors nous profitons d’avoir du temps à y consacrer.
A bientôt pour la suite de nos aventures mexicaines !

Commentaires

  1. Mamire says:

    Bravo Jean-Charles pour le saut de l’ange! Super paysages encore et toujours très mignons enfants! Mais il est où l’iguane? C’est le truc qui ressemble à un caillou en bas à droite?
    Gros bisous et bonne aventure

    1. C’est exactement ce truc là. Léonie me dit que j’aurai dû te faire une vidéo car il a bougé la tête.

  2. Papy JP says:

    J’ai toujours cru que Tarzan était un mythe mais il semble que tu l’ais croisé…je ne l’aurai pas imaginé dans cette région du monde
    Dommage que tu n’aies pas filmé pour avoir son cri
    On imagine le frisson pour toi…et une découverte pour les enfants qui ne manqueront pas de raconter cette rencontre aux petits camarades d’Ecuillé 🤭😂👏
    🥰🥰🥰🥰🥰

    1. Effectivement, j’aurai dû filmer !

  3. Julien Fonteneau says:

    Hola la familia,

    Me gustaria tambien visitar « los cenotes » y saltar como JC. Los ninos viven al horario del pais. Se despiertan tamprano y duermen temprano:))

    Y la comida es rica? cara?

    un beso

    1. Les enfants dorment effectivement assez tôt pour plusieurs raisons, à savoir: le rythme de la journée, la chaleur, la nuit qui tombe tôt (18h30). Le réveil se fait aux alentours de 6h30-7h du fait principalement du jour et de l’absence de volets. On profite bien de la matinée ainsi.
      Pour la nourriture, elle n’est pas chère et bonne quand elle est locale et chère dans zone touristique (on retrouve des prix français), comme partout tu me diras…
      Salut l’ami!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *