Valladolid en famille

Dimanche 31 octobre

C’est Halloween aujourd’hui et ce soir débute « El dia de los muertos », le jour des morts; l’équivalent de notre Toussaint mais en plus festif. Et cela dure 3 jours, soit jusqu’au 2 novembre. D’ailleurs, les enfants n’ont pas classe ce jour là.

Le 31 au soir est dédié aux angelitos, les enfants défunts puis le 1er aux adultes et le 2 à tous les défunts. Les mexicains décorent les rues, confectionnent des autels chez eux avec les photos de leurs défunts, des décorations, des objets personnels et les plats préférés de ces derniers. Ils se rendent au cimetière nettoyer les tombes et veiller les morts. Il paraît même qu’ils aspergent les tombes d’alcool, les morts aimant faire la fête aussi.

Nous nous rendons compte au réveil que le Mexique a changé d’heure en même temps que la France. Il est donc une heure de moins et le décalage reste de sept heures. Nos enfants qui se réveillaient déjà tôt, sont maintenant debout avant 6h ! Ouille !

Nous partons donc en balade de bonne heure, profitant qu’il ne fasse pas encore trop chaud. Nous marchons vers la calle de Los Frailes, réputée être la plus jolie rue de Valladolid. Elle part du centre historique et mène au couvent San Bernardino de Siena. Les maisons colorées s’enchaînent, les petites boutiques d’artisanat et les cafés sympas sont particulièrement représentés. Ici pas de franchise ou de grande chaine. Seul regret, la balade serait encore plus agréable si la rue était piétonne.

Sur la place juste avant le couvent, nous tombons sur une aire de jeux, pause bienvenue pour les enfants qui râlent qu’ils ont faim et ne veulent pas marcher ce matin. Bizarrement, le toboggan et les balançoires ramènent un regain d’énergie chez la tribu.

Passage photo obligé devant les lettres de Valladolid, qui sont particulièrement jolies.

Puis, nous nous approchons de stands installés de l’autre côté de la place. Il s’agit d’un festival gastronomique pour Hanal Pixan, qui est le nom maya donné à ces trois jours de commémoration. Ces deux mots signifient quelque chose comme la nourriture des âmes. L’objet de ce festival est de faire découvrir la gastronomie yucatèque comme nous l’explique un animateur. Ils sont simplement en train de s’installer et il ne se passe pas encore grand chose.

Nous reprenons donc la rue en sens inverse et nous arrêtons pour bruncher chez Le kaat, un petit resto végétarien avec un joli jardin pour manger. Au menu, omelette aux légumes, œufs brouillés à la tomate et pancakes à la banane sans oublier les délicieux smoothies qui les accompagnent.

Nous nous rendons ensuite au musée du chocolat « Choco story » situé à deux pas de notre hôtel. Différentes salles se suivent pour présenter l’histoire du chocolat des mayas à aujourd’hui, sa culture, ses traditions et son évolution. Il y a des petites scènes animées que l’on déclenche soi-même et les commentaires sont possibles en français, c’est donc ludique pour les enfants. La partie laboratoire et dégustation est malheureusement fermée en ce moment, probablement à cause du covid. Pas d’autres choix que de passer par la boutique pour goûter le fruit de nos découvertes 😉 . Nous sommes repartis avec deux tablettes qui, même si elles ne nous ont pas semblé exceptionnelles, n’ont pas duré longtemps. Elles n’auraient pas supporté la chaleur, vous nous comprenez !

De retour à l’hôtel, nous proposons aux garçons de faire une sieste. Léonie joue tranquillement après son temps calme.

Nous en profitons pour mettre à jour le blog mais on galère un peu avec la connexion wifi qui n’est pas au top ici non plus.

Petite session piscine, enfin pour les courageux que sont Léonie, Gaspard et moi-même. JC et Marceau deviennent de plus en plus exigeants sur la température de l’eau.

Nous ressortons ensuite faire des courses pour le dîner et pensons nous balader un peu pour voir si des animations sont organisées car nous n’avons rien trouvé sur internet. C’est sans compter sur Marceau qui ne veut pas aller se balader et demande à rentrer dessiner à l’hôtel. JC le raccompagne, c’est ça aussi voyager avec des enfants, il faut faire avec leurs envies. Avec Léonie et Gaspard, nous retournons au Parque Principal Francisco Cantón Rosado, le parc central au pied de la cathédrale. Ils courent partout pendant que j’observe les gens qui passent. Ils se font offrir des sucettes par des ados déguisés en fantômes et les remercient d’un « Gracias », enchantés.

Nous apprendrons ensuite que les festivités ont été annulées à Valladolid comme dans plusieurs villes à cause du covid encore une fois.

Lundi 1er novembre

Aujourd’hui, nous partons à la découverte du centre ville de Valladolid. Et pour motiver nos petits râleurs, nous organisons notre parcours autour des parcs et aires de jeux. Nous découvrons ainsi plusieurs quartiers : Santa Lucia, Santa Ana, Candelaria, Fernando Novelo.. et mine de rien, on avale les kilomètres.

Les enfants font les guides avec le plan de Valladolid, une autre technique motivationnelle ! Ils testent aussi toutes les aires de jeux évidemment. D’ailleurs, on envisage de publier le « Guide des aires de jeux de Valladolid » car nous en avons testé six différentes en 2 jours.

L’occasion pour eux de partager quelques moments avec des enfants mexicains. Leurs conversations se résument souvent à des « holà » hésitants que nous complétons par les réponses aux « ¿Comó te llamas? » rituel. Mais pas besoin de parler pour partager un toboggan ou se courir après.

Comme à notre habitude maintenant, nous nous arrêtons dans une fruteria et une panaderia pour acheter fruits et légumes locaux et petits pains.

Nous déjeunons à l’hôtel pour permettre aux enfants de dormir car le changement d’heure se fait sentir.

Pendant ce temps, nous organisons nos prochaines étapes. Nous nous rendons compte qu’il y a des promos intéressantes sur les bus si on réserve en avance alors nous faisons une exception à notre vie au jour le jour et nous réservons bus et hôtels pour les 10 prochains jours.

Nous allons ensuite manger une glace chez Wabi Gelato, un glacier artisanal qui ne propose que 5-6 parfums par jour. Et elles sont délicieuses !

Nous passons devant la cenote Zaci, située en plein centre de Valladolid mais malheureusement fermée pour travaux en ce moment. Nous en apercevons juste un petit bout derrière le mur.

De retour à l’hôtel, nous allons nous baigner avec Gaspard et Léonie. Marceau préfère rester dessiner encore une fois.

Puis, nous ressortons nous balader dans les rues pour profiter de l’ambiance nocturne. Nous décidons de retourner près du couvent San Bernardino pour manger au festival de la gastronomie. Mais déception tout est démonté et il n’y a plus de stand. Nous avions pourtant compris que cela durait plusieurs jours… Nous nous rabattons sur le seul marchand de rue. Il fait des crêpes. Pas très mexicain tout ça… tant pis !

Petit aparté covid, le Yucatan enregistre une cinquantaine de nouveaux cas par jour. Ici le masque est très porté dans les rues. Nous ne savons d’ailleurs toujours pas s’il y est obligatoire ou seulement dans les lieux clos. La prise de température est la norme avant de rentrer dans un lieu public. Et il y a bien souvent un agent posté pour la désinfection des mains à l’entrée des magasins ou restaurants. Bref, les mesures sanitaires sont prises très au sérieux.

Bon week-end ! 

Commentaires

  1. PECHEUR Isabelle says:

    Encore de très belles aventures !
    Si vous avez trop chaud, on peut vous envoyer un peu de fraîcheur….ici il fait très beau mais froid!
    Vous semblez bien rodés main, j’espère que le covid qui semble vouloir revenir ne perturbera pas trop vos futures étapes 😢
    Bonne continuation !
    😊

  2. Amélie says:

    Dommage pour les festivités. Cependant valladolid a l’air super jolie ce qui a compensé je pense. J’adore les devises du Kaat. Il mélange espagnol et anglais comme au Canada 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *