On the road again : 2 ans et demi sur les routes !

Samedi 26 mars

Aujourd’hui, nous fêtons donc les deux ans et demi de Gaspard. Mais la journée ne démarre pas sous les meilleurs auspices. La nuit a été franchement difficile. Les trois sont enrhumés et Léonie a énormément toussé rendant son sommeil et le notre très hachés.
Tout le monde est de mauvaise humeur ce matin, enfin surtout les enfants qui ronchonnent pour tout et n’aiment rien au petit-déjeuner. De notre côté, nous le sentons venir, c’est la patience qui va manquer aujourd’hui.
Sur ces bonnes ondes, nous reprenons la route, nous avons décidé de nous rendre dans la Vallée de la Mort en deux jours pour y entrer lundi matin. Il y a quand même un peu plus de 700 kilomètres à faire. On vous l’a dit avec la fermeture de l’entrée ouest de Yosemite, ça rallonge.
Premier arrêt à Oakhurst, petite ville où nous trouvons une laverie et un supermarché. Même en voyage, il y a une part d’intendance qui reste. Impossible de trouver un parc ou une aire de jeux ici alors nous déjeunons dans le camping-car sur un parking. Les tartes aux fruits rouges redonnent le sourire à tout le monde et Gaspard est très fier de souffler à nouveau ses deux bougies.
Nous reprenons la route, espérant qu’ils dorment un peu. Ils mettent du temps mais finissent par s’endormir. Nous nous arrêtons dans un grand parc pour le goûter. Il y a plein de groupes fêtant des anniversaires autour de nous, avec structures gonflables et piñata. Le temps est vraiment estival ici, pas loin de trente degrés. Les petits s’amusent un bon moment sur l’aire de jeux pendant que nous mettons à jour le blog, profitant pour une fois d’un réseau correct.
Nous roulons encore une petite heure et nous arrêtons pour la nuit dans le parking d’un autre petit parc. C’est vraiment l’endroit le plus facile pour nous et on y trouve souvent point d’eau et toilettes et surtout de quoi défouler les enfants.
Endormis depuis deux heures, nous sommes réveillés en sursaut. C’est l’arrosage automatique du parc qui s’est mis en marche et asperge le camping-car, les aléas de dormir n’importe où !

Dimanche 27 mars

La nuit a été un peu moins pire que la précédente et on espère que le moral des troupes s’en ressentira positivement. Nous reprenons la route pour une longue session vers la Vallée de la Mort. Première portion peu intéressante d’autoroute qui longe des villes qui se ressemblent toutes jusqu’à Barstow où nous avons repéré une station pour refaire le plein d’eau. On en profite aussi pour faire le plein d’essence. C’est fou ce que le camping-car consomme et la taille du réservoir, nous ne faisons que des demi-pleins au maximum et cela atteint déjà les 140 euros à chaque fois. Pourtant, le litre est nettement moins cher qu’en France, en moyenne à un euro cinquante.
Nous rejoignons ensuite une aire de jeux pour déjeuner mais manque de chance, elle est en travaux et la seconde que nous avions vue est enfermée dans une école. Nous profitons quand même d’une table de pique-nique pour déjeuner dehors. Il fait très beau et on a ressorti les shorts.
La suite de la route est plus dépaysante, ça y est on entre dans le désert, plus un brin d’herbe, plus un arbre mais seulement des arbustes plus résistants.  Nous parcourons des dizaines de miles sans la moindre ville à la ronde, croisant parfois une station-service sortie de nulle part.
Nous arrivons enfin au camping que nous avons réservé. On se demande comment des gens peuvent habiter ici, tant le milieu nous paraît hostile. Et on est bien contents de ne pas être en plein été quand les températures dépassent allègrement les quarante degrés.
Nous nous installons et allons tester les bains chauds du camping. En effet, il a la particularité d’être installé près de sources d’eau chaude et propose deux bains dans une petite maison. C’est assez surprenant d’ailleurs de revoir de l’eau ici alors qu’on en avait plus vu depuis des dizaines de miles.
Sur internet, l’eau des bains était annoncée à quarante et quarante-sept degrés mais nous ne voyons pas la différence entre les deux et il n’y a rien d’affiché sur place. Nous en choisissons donc un au hasard mais impossible d’y mettre plus que les jambes tellement c’est chaud ! Il n’y a que JC qui arrive à s’y asseoir.
Nous restons un quart d’heure puis retournons près du camping-car pour une séance école-dessins. Nous dînons dehors, il fait bon même s’il y a pas mal de vent ce soir.

Commentaires

  1. PECHEUR Isabelle says:

    Que d’aventures….encore et encore!
    Cette partie du voyage est bien différente avec le camping car mais pas si facile finalement !
    Bonne continuation.

    1. Une autre manière de voyager effectivement!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.